Metteur en scène, un métier aux multiples facettes

Dans les coulisses de chaque représentation théâtrale, se cache un metteur en scène. Son action est déterminante dans la création des spectacles et mérite qu’on s’y intéresse. Nous vous proposons de découvrir ce métier à travers le témoignage de Carlo Boso, co-fondateur et metteur en scène de l’Académie Internationale Des Arts du Spectacle.  

Son parcours 

Pour Carlo, tout commence en 1964 à son entrée au Piccolo Théâtre de Milan où il devient comédien. Quelques années plus tard, il ouvre son propre théâtre dans la ville et il décide de partir à Lyon afin de devenir metteur en scène. Cette nouvelle aventure lui permet de s’occuper des spectacles du carnaval de Venise et de donner plus de 300 ateliers de théâtre dans le monde. En 2004, il décide de fonder l’Académie Internationale des Arts du Spectacle près de Paris. En 2008, l’AIDAS pose ses valises à Versailles. Carlo multiplie les stages, ateliers et mises en scène sur tous les continents afin de faire vivre l’art de la Commedia dell’ arte. Il a déjà à son actif plus de 2000 représentations dans le monde !  

Carlo Boso dans un théâtre italien – Crédit photographique : AIDAS

Ses missions 

La vie de metteur en scène, c’est savoir travailler en équipe et être polyvalent. Carlo est présent à chaque étape de la création d’un spectacle ce qui l’amène à avoir de multiples casquettes. “Quand on monte un spectacle, il y a une quinzaine de personnes autour du metteur en scène. Pour réussir dans ce métier, le plus important c’est les collaborateurs qui participent à la réussite du projet.” explique Carlo. 

Quel est le rôle du metteur en scène dans la construction d’un spectacle ? La première étape pour Carlo est d’étudier le texte afin de comprendre les intentions de l’auteur et l’objectif des personnages. Ensuite, il fait la mise en espace et les comédiens commencent à jouer avec l’interprétation et les sentiments. Enfin, les costumes et les lumières apportent la touche finale au spectacle. 

Si le spectacle est une création, Carlo prend sa plus belle plume mais quand il s’agit d’une adaptation, il faut imaginer une mise en scène originale et avoir un auteur connu. 

Après la partie créative, il faut passer à l’action sur le terrain ! Carlo enfile sa casquette d’administrateur financier afin de déterminer le coût du spectacle. C’est une étape importante car il porte la responsabilité économique du projet. Il faut aussi trouver un producteur avec qui il va collaborer. “Une création théâtrale nécessite des dépenses qu’il faut rééquilibrer avec des recettes. Pour faire des recettes il faut faire un bon spectacle”. Il ne faut pas oublier de choisir la distribution, les décors , le visuel de l’affiche ou encore les costumes. Ces décisions se font avec le producteur, les décorateurs et la responsable des costumes. 

Carlo doit aussi s’assurer que les délais pour la production du spectacle sont respectés. “Il faut exploiter chaque minute pour créer un spectacle qui soit le meilleur possible.” C’est une vraie course contre la montre ! 

Carlo Boso lors d’une répétition avec une compagnie de l’AIDAS – Crédit photographique : AIDAS

Un métier proche de l’humain 

Le métier de metteur en scène ne consiste pas seulement à créer des spectacles mais aussi à les rendre accessibles au public. “Ce métier est spectaculaire car on est des médiateurs entre l’auteur, les comédiens et le public. Mon rôle est de rendre populaire n’importe quelle pièce de théâtre.” C’est un métier au plus proche de l’humain au contact des comédiens et du public. “On est comme un père, une mère et un grand-père pour les comédiens. C’est une aventure unique.” Carlo rencontre pas mal de monde car il voyage beaucoup lors des tournées. Il est toujours entouré par ses équipes à l’AIDAS et lors des tournées ce qui renforce l’entraide. “On est dans un métier où on n’est pas seul et qui rassemble les gens.” Carlo aime être au contact du public durant les représentations. “Être metteur en scène, c’est communiquer avec les spectateurs. L’objectif est de toucher tout le monde à travers l’art et le théâtre.”   

Comme vous avez pu le constater, ce métier nécessite d’avoir plusieurs cordes à son arc en étant médiateur, créatif, organisé, attentif, gestionnaire financier mais surtout d’être passionné comme l’est Carlo Boso.   

En bonus, il nous raconte un épisode qui l’a marqué dans sa carrière. “En 1968, je jouais quatre répliques dans un spectacle à Berlin. A la fin, le public a applaudi pendant 48 minutes sans interruption. Nous avons eu beaucoup de difficulté à arrêter les applaudissements. Je n’ai jamais vu quelque chose de similaire dans ma carrière.”  

Nous tenons à remercier Carlo Boso pour son témoignage et son accueil. 

Envie d’en savoir plus sur les activités de l’académie ? Un autre article vous attend afin de poursuivre votre découverte. 

Rendez-vous en juin pour retrouver l’AIDAS au Mois Molière !

L’AIDAS
17 rue des Grands Chênes
Quartier de Porchefontaine 
78 000 Versailles 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.