Coup de projecteur sur le métier de conservatrice du patrimoine en bibliothèque

Que se cache-il derrière le métier de conservatrice ? Si vous pensez qu’il consiste à enfiler une paire de gants et à traîner dans des allées poussiéreuses remplies de documents… et bien détrompez-vous ! Notre rencontre avec Hortense Longequeue va vous faire découvrir la réalité de ce métier méconnu mais pourtant essentiel. 

Sa formation 

Hortense a un long parcours derrière elle qui a commencé en Hypokhâgne, classe préparatoire avant d’intégrer une grande école. Ensuite, elle intègre l’École des Chartes qui est une grande école permettant d’accéder au métier de conservateur des bibliothèques. Elle entre à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) formant au métier de conservatrice en bibliothèque dans les secteurs privé et public. Le poste qu’elle occupe à Versailles l’intéressait particulièrement car elle souhaitait travailler dans le secteur patrimonial. 

Les missions d’une conservatrice 

Être conservatrice est un métier polyvalent contrairement à ce qu’on peut croire ! Une des missions principales d’Hortense est de s’occuper de la conservation des documents, elle est aidée par des capteurs et des magasins climatisés pour contrôler la température et les taux d’humidité. A Versailles, cette mission est très importante car la Bibliothèque possède des documents très anciens dont des fonds remontant à l’Ancien Régime. Un peu de ménage est parfois nécessaire : “Nous pouvons faire un dépoussiérage en enlevant la poussière avec des brosses souples pour ne pas abîmer les livres”. 

Hortense Longequeue installant des cartels dans une vitrine pour l’exposition “La curiosité d’un prince, le destin du cabinet ethnographique du Comte d’Artois”, 2021

Il ne suffit pas seulement de préserver les collections, il faut aussi les mettre en valeur ! Cela passe par des expositions et des actions de médiation auprès des scolaires et du grand public. “Nous proposons plusieurs visites insolites autour de l’histoire du bâtiment et des documents anciens. Certaines visites sont adaptées pour les personnes en situation de handicap” affirme Hortense. 

Exposition “La curiosité d’un prince, le destin du cabinet ethnographique du Comte d’Artois”, Galerie des Affaires étrangères, 2021

Le numérique ne sert pas seulement à se rendre sur les réseaux sociaux mais aussi à préserver les documents fragiles et à les diffuser. Figurez-vous que la bibliothèque possède un scanner pour les numériser. Les missions d’Hortense relèvent du service public car elle veille sur notre patrimoine commun tout en étant en contact avec le public. Elle participe aussi à l’accueil des chercheurs et des historiens qui sont nombreux à s’y rendre avec des demandes variées. 

Un métier passionnant 

“C’est une belle mission de préserver les documents anciens. Nous avons la chance d’être au contact des collections ainsi que du public. Ce métier est riche car il est polyvalent”. Hortense travaille souvent en équipe et gère des projets. Ce qu’elle apprécie le plus ? Apprendre sur le terrain. Ses journées ne sont jamais les mêmes ce qui évite la routine. “J’ai des missions très diverses, ce qui est précieux.”. 

Il faut sauver les documents anciens ! 

La vie en bibliothèque, c’est aussi quelques frayeurs ! En 2005, une rupture de canalisation a provoqué l’apparition de champignons dans certains fonds. Une campagne de dépoussiérage fut réalisée. “Les prestataires ont utilisé des aspirateurs spéciaux afin d’enlever les champignons”. Les risques sont énormes pour les collections car les documents peuvent vite se détériorer. 

En bonus, voici une petite anecdote. Pourquoi les bibliothécaires ne mettent pas de gant en touchant les documents anciens ? Il faudrait les laver à chaque utilisation et parfois cela enlève la sensibilité des mains ce qui peut entraîner un risque d’arracher les pages. L’idéal est d’avoir les mains propres et sèches. 

Le métier de conservatrice n’a maintenant plus de secret pour vous. Cette belle rencontre nous aura permis de découvrir une profession passionnante et pleine de surprises ! Nous pouvons remercier les conservateurs de veiller chaque jour sur l’intégrité des documents anciens. 

Envie d’en savoir plus sur le contenu des collections ? Un autre article vous permettra de découvrir un document de 1408 témoignant de l’histoire de la ville.

Nous remercions Hortense Longequeue pour sa disponibilité et son témoignage. 

Rendez-vous  sur le site de la bibliothèque patrimoniale numérique “La Sirène “ pour parcourir les collections remarquables de la bibliothèque. 

Bibliothèque Centrale
5 rue de l’indépendance Américaine
78 000 Versailles 
01 30 97 28 90

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.